Aller au contenu

FAUCONNERIE (avenue de la)

Valkerijlaan -

Décisions relatives aux alignements : Conseil communal du 22 juin 1900 ; Arrêté royal du 20 juin 1901. Le Collège décide le 6 juillet 1906 de dénommer avenue de la Fauconnerie le tronçon situé entre le boulevard du Souverain et les Trois Tilleuls de l’avenue à créer par Mr. Parmentier entre l’avenue Van Becelaere et le boulevard du Souverain. Le nom rappelle la chasse au faucon pratiquée à la vénerie de Boitsfort. Le nom de l’avenue fait référence à l’élevage et au dressage des faucons pour la haute et la basse volerie. La première fait référence à la chasse au héron, au milan, à la corneille et à la pie, chasses nobles et sans profit. La seconde se rapporte au vol « pour les champs », c’est-à-dire pour la perdrix, la caille et le faisan et « pour les rivières », pour les canards sauvages et autres oiseaux d’eau. Dans ce dernier cas, le « seigneur », c’est-à-dire le faucon, est souvent remplacé par un épervier, un émerillon, un autour ou autre hobereau. Dans ce cas, il s’agit d’une chasse simplement destinée à alimenter le garde-manger. Dans nos régions, la fauconnerie semble avoir atteint son apogée aux XVIe et XVIIe siècles. Elle a disparu dans les dernières années du règne de Charles de Lorraine. Deux clubs de fauconniers existent aujourd’hui en Belgique, le plus ancien étant le « Club Marie de Bourgogne » et l’autre, fondé en 1974, la « Belgische Vereniging der Vlaamse Valkeniers en Havikeniers ». Les autorisations de détention d’oiseau de proie sont rares et individuelles et il semble que la Belgique ne comptait en 1980 que 25 fauconniers attitrés.

Extrémités : Souverain (boulevard du) – Trois Tilleuls (square des)

Références

Histoire des quartiers – Le Logis et Floréal, deux cités-jardins centenaires

Consulter

Histoire des quartiers – Le Logis et Floréal, deux cités-jardins centenaires

Histoire des quartiers – Le quartier du boulevard du Souverain

Consulter

Histoire des quartiers – Le quartier du boulevard du Souverain

Auteur de la fiche

H. Ceuppens, W. Delhaye, J.P. Huts, Ch. Vandermotten, Ph. Smeulders†